Autres recommandations

Recommandation Communication publicitaire digitale ARPP 

La communication publicitaire digitale doit respecter les règles déontologiques qui s’appuient sur les principes de la Chambre de Commerce Internationale.

L’objectif des règles d’autodiscipline énoncées dans le document ci-dessous est de contribuer à créer un environnement électronique dans lequel les consommateurs pourront avoir pleinement confiance et apprécier les nouvelles possibilités offertes par les réseaux numériques. 

> Recommandation communication publicitaire digitale ARPP (PDF)

Recommandations sur tous les formats…

Il est recommandé de ne pas afficher :

  • Des messages publicitaires qui ne respectent pas les principes de l'ordre public, de loyauté, de dignité et de bonnes mœurs ;
  • Des prescriptions propres à certains secteurs ou produits réglementés (tabac, alcool, etc.) ;
  • Des publicités qui peuvent induire en erreur les utilisateurs sur le contenu et les possibilités des produits et services proposés ;
  • Des formats publicitaires qui induisent en erreur l'internaute en reprenant dans la création les sigles de navigation de Windows (restaurer, réduire ou fermer) ;
  • Des annonceurs concurrents (cf. la nomenclature Sécodip) sur une même page affichée. Pour l'éviter, il est recommandé aux agences media de fournir pour chaque nouvelle campagne le code Secodip du produit à la régie publicitaire ;

Et, en revanche, d'afficher :

  • La mention “publirédactionnel”, “publireportage” ou “communiqué” pour tous les formats éditoriaux.

Recommandations spécifiques

L’IAB préconise un placement des publicités dans les 600 pixels supérieurs de la page. Pour des formats très hauts tels que les skyscrapers, il est impératif que le 1/3 supérieur apparaisse au moins dans cette zone. Il est important que les formats situés dans une zone inférieure à ces 600 pixels soient annoncés comme tels aux annonceurs.

Pour préserver la qualité de navigation, l’IAB préconise 2 formats publicitaires standards par page. Exemple : une bannière 728x90 + un 300x250. Un format publicitaire évènementiel peut venir compléter ces 2 formats (exemple Flash transparent), néanmoins, ce format additionnel doit être cappé.

Les formats « liens sponsorisés » présents sur une page doivent être considérés comme des formats publicitaires à part entière.

Sur les formats hors maquette

L'IAB définit comme formats hors maquette tous les formats qui ne sont pas intégrés à la page, soit en superposition, soit en dessous du site : Popup, Flash Transparent, Out of the box, Pop under, etc.

Tous les formats « surgissants » (pop under, pop up, site under…) sont à bannir. D’une part la majeure partie des internautes bénéficient de logiciels bloquants pour ces formats, d’autre part, ils ont un effet négatif sur la marque présente dans ces formats.

Pour éviter de connaître d'autres dérives sur les formats hors maquette, l'IAB et le GESTE préconisent de suivre scrupuleusement les recommandations suivantes :

  • Limiter à un seul format de superposition par page affichée ;
  • Ne pas afficher un format en superposition sur un format publicitaire intégré à la maquette. Seule exception : la superposition est acceptée quand les formats intégrés concernent la campagne publicitaire d'un même annonceur ;
  • Vérifier que le format qui s'affiche soit bien une annonce publicitaire et non pas une page de site. De ne pas autoriser les "tags" d'audience sur les formats publicitaires qui entraînent le gonflement artificiel de l'audience des sites ;
  • Systématiser le "capping" (contrôle d'exposition) des formats hors maquette. Il faut toujours se positionner du point de vue de l'internaute qui sera exposé et non pas de la campagne. Il s'agit de se limiter à un capping de 1 par visite et par site ;
  • Proposer un bouton "fermer/rejouer".

Guides de bonne conduite entre acteurs

Au-delà des formats publicitaires, l'IAB est également intervenue sur d'autres aspects de la publicité en ligne.

Suite à la consultation des différentes parties en présence au sein de l’IAB (régies, supports, agences médias), l'association a diffusé en 2001 deux guides de bonne conduite visant :
 
- d'une part à établir des relations saines et durables entre les différentes parties concernées (annonceurs, agences médias et supports/ régies) dans le processus d’achat d’espace publicitaire sur Internet et plus largement sur tous supports interactifs ;

- et, d'autre part, à délivrer des recommandations quant à l’utilisation des ad-serveurs par un tiers dans la relation entre les annonceurs et les supports.

Télécharger les guides ci-dessous

Recommandation relative aux mentions et renvois

L'interprofession publicitaire a adopté une nouvelle recommandation relative aux mentions et renvois qui a été diffusée à l'ensemble des adhérents du BVP en janvier 2006.

Cette recommandation concerne toutes les mentions et les renvois liés ou non à un prix ou à une offre, avec notamment deux règles de base à respecter : la lisibilité et l'intelligibilité.

Télécharger la recommandation "Mentions et renvois" ci-dessous